Freedom

Freedom is an emotionally charged word. It carries within itself a history of tears, pain, laughter and joy, strife and peace. Some will lay down their life for it, while others die fighting against it, because, as James Baldwin remarked about equality in “The Fire Next Time,”  the problem with freedom is “freedom for whom.” I think there are two broad categories of freedom, public and personal – our relationship to others, and our relationship to ourselves, the group and the individual. What is common between them is the notion of responsibility and limits. i am of the opinion that freedom is not the same as chaos. We impose limits on ourselves and others.

What does this have to do with music, specifically so-called “free” music? As I stated, freedom for me has limits, limits which are often self-imposed. When I hear the music of Coltrane or Ornette Coleman, I hear rhapsodies of liberty within the contours of frameworks – chordal, group, individual. Choices refined in order to communicate an idea. Not just any note, but THAT not, not just any embouchure, but that embouchure, not just any grouping, not just any sax player, or trumpet player or drummer or bassist, but that one, and that one and that one and that.

Cécile, one of my students, wanted to be completely free she said. That was the kind of music she wanted to make. I responded that freedom has its walls, and that it is in that space that wonderful things can happen as we examine the walls to the left, doors to the right, the sky above, the ground underneath, we come to understand what we can do, because we have to try. How many ways can I sing the note A? How many colours can be heard in the pitch we call C? How does crescendo and decrescendo affect the emotional impact of a word, etc. The musical experience is a journey, an exercise in freedom, a building site where deconstruct, yes, but also re-construct.

The song I am posting today is the fruit of a workshop I did with Cécile Castera. I played , she sang. Do you see the limits we put on ourselves, the choices made either for personal reasons or for the integrity of the group? Let me know what you think.

 

L’Introduction à La Théorie et des Jeux Musicaux

Je vous propose quelques sites gratuits qui peuvent vous aider à mieux comprendre les éléments de base de solfège. J’inclus aussi des sites de jeux musicaux de l’écoute – “ear training.” Trois sont en anglais , les autres trois en français. J’espère que vous les trouviez utiles.

http://www.earbeater.com

http://www.sonicfit.com

http://www.apprendrelesolfege.com/exercices-rythmiques

http://www.musictheory.net/lessons

http://www.solfego.fr

http://www.musiclic.com/solfege.asp

Éléments de notation musicale

La notation musicale sera vue dans le chapitre suivant. Nous avons choisi de présenter le cœur de la musique — la constitution des mélodies, des harmonies — avant la notation formelle, puisque la notation a été créée pour servir ces mélodies et harmonies. Mais nous avons toutefois besoin d’un certain nombre d’éléments de notation pour présenter les gammes et intervalles.

Note
Une note représente la hauteur et la durée d’un son ; il s’agit d’une figure ronde, de couleur noire ou blanche, avec ou sans hampe, qui est placée sur une portée (voir ci-après). Plus la note est haute, plus le son est aigu. Comme la valeur rythmique ne nous intéresse pas, nous utiliserons ici toujours des « noires » (note de couleur noire avec une hampe simple) ou des « rondes » (note de couleur blanche sans hampe).
Les notes sont appelées : do (ou ut), mifasolla et si. Ces noms ont été donnés par Guido d’Arezzo et sont les premières lettres des 7 vers de la première strophe de l’Hymne de Saint-Jean Baptiste, un chant grégorien latin. Auparavant, on utilisait des lettres — de A pour la à G pour sol, système encore utilisé par les anglo-saxons.
Portée
La portée est un ensemble de cinq lignes, qui sert à repérer la hauteur d’une note. La note peut être sur une ligne ou sur un interligne (entre deux lignes). La première ligne est la ligne du bas, la cinquième ligne est la ligne du haut.
Si une note est trop aiguë ou trop grave pour être représentée sur la portée, on utilise des lignes supplémentaires.
Clef
La clef est un symbole placé en début de ligne qui sert à donner la référence de la hauteur. La clef de sol            
15px-GClef.svg
indique que la note située sur la deuxième ligne est un sol. La clef de fa   18px-FClef.svg  indique que la note située sur la quatrième ligne est un fa.
Altération
Une altération est un signe placé devant la note et qui sert à augmenter ou diminuer la hauteur du son. Le dièse, noté ♯, rend la note plus aiguë, le bémol, noté ♭, rend la note plus grave, et le bécarre, noté ♮, annule une altération. Il existe aussi le double-dièse, noté ♯♯ ou DoubleSharp.svg, et le double-bémol noté ♭♭.
La correspondance entre les figures et le nom des notes est donc :
Image